Facebook doit-il tout savoir de nous ?

Facebook doit-il tout savoir de nous ?

En voilà une question qui peut paraître étrange. Bien sûr que "non", Facebook - le plus grand réseau social - n'a pas à savoir tout de vous. D'ailleurs, vous n'avez pas partagé votre situation amoureuse, car "quand même c'est personnel". Ni votre adresse, car de toute façon, "à quoi ça lui servirait ?". Enfin vous vous dites surement que Facebook n'est qu'un site Internet et qu'il n'a pas à savoir avec qui vous allez réaliser votre trajet Paris-Marseille demain après-midi... Et pourtant, Facebook a accès à toutes ces données sur vous en utilisant de nombreuses technologies comme les cookies tiers, l'authentification unique ou encore le pixel traceur. 

Si vous voulez comprendre comment; que vous trouviez que donner trop pour un site qui vit grâce aux revenus publicitaires (sans que vous puissiez choisir), ou encore que vous êtes à la recherche de quelques conseils pour protéger votre vie privée sur le web, alors je vous invite à lire la suite de cet article.

Avant-propos

Avant de commencer, il convient de préciser l'idée derrière cet article. Il ne s'agira pas de vous inviter à vous désinscrire de Facebook. Malgré sa tendance à tenter d'obtenir le plus de données sur vous, ce réseau social reste un formidable outil d'information (voire de distraction) et il serait bien dommage de ne pas l'utiliser. En tant qu'auteur, je ne suis pas un prédicateur anti-réseaux-sociaux : vous pourriez m'y retrouver un peu partout sans difficulté.

Cet article a pour objectifs de vous exposer certaines pratiques - pas toujours avouées - qu'utilise Facebook pour collecter toujours plus de données sur vous. Cela en pointant du doigt les conséquences éventuelles sur votre vie privée. Certes, en quoi est-ce si grave que Facebook sache ce que vous récemment acheté ? Ou avec qui faites-vous du covoiturage ? Les conséquences sur votre vie de tous les jours ne sont pas dramatiques direz-vous peut-être. Mais cela dépend des informations collectées et de ce à quoi elles servent. Par exemple si vous consultez un site de renseignement sur une maladie X, Facebook le saura. Et si une entreprise pharmaceutique Y demande à Facebook de vous proposer son nouveau médicament révolutionnaire, ils le feront. Qu'en diriez-vous si les personnes qui utilisent le même navigateur et le même PC que vous se faisaient proposer ce médicament, qui plus est s'ils connaissent les pratiques de publicité ciblée? Sans parler des problématiques similaires de la surveillance de masse...

Enfin, bien que centré sur Facebook, cet article concerne également d'autres réseaux-sociaux ou services Internet : Google +, Microsoft Live, Twitter... qui ont des pratiques similaires à celles de Facebook.

Facebook et la publicité

Très bref historique

Un peu d'histoire pour commencer. Facebook a été fondé par Mark Zuckerberg - étudiant à l'université de Harvard - en 2004. Au début, "The Facebook" était limité aux étudiants de Harvard. Progressivement, le réseau va s'ouvrir à d'autre université, puis des sociétés (Microsoft, Apple). C'est en septembre 2006 que le réseau social est devenu ouvert à toutes et à tous pour peu que vous ayez plus de 13 ans.

Entrée en bourse et revenus

Fait marquant pour la société, en mai 2012 Facebook fait son entrée en bourse. C'est intéressant, car par conséquent Facebook devient une entreprise qui dispose de fonds détenus par des actionnaires. Et la société doit donc les rassurer pour que l'investissement continue. Or, le modèle économique de Facebook n'était pas encore clairement défini en 2012 : en effet, comment un site Internet dont l'idée est de relier des gens entre eux (une action "gratuite") pouvait-il créer de la richesse ? Il y a plusieurs façons :

  • la vente de crédits Facebook (utile dans les jeux comme Farmville) dont il prend au passage 30% de commission
  • des investissements privés
  • et surtout : la publicité !

La publicité ciblée

Publicité suivie

Publicité suivie (http://www.consumerreports.org/cro/news/2014/05/most-consumers-oppose-internet-ad-tracking)

Cette publicité, vous la voyez tous sur les pages du réseau social, même si elle n'est "pas si envahissante". D'ailleurs, de la publicité il y en a partout sur Internet (sauf sur WolfAryx informatique normalement :P) et c'est ce qui permet à la plupart des sites web de vivre.

La publicité, vous la voyez aussi à la télé et le long de la route, sans spécialement vous en plaindre (bon ok, c'est quand même moche à l'entrée des villes). Souvent vous n'y prêtez guère une attention démesurée et vous continuez comme si de rien n'était. Quelques personnes, les personnes intéressées, elles seront attirées et on pourra alors dire que le message publicitaire est passé. Ainsi, pour une publicité vue sur la route, la part (en pourcentage) de personne qui vont allez dans le magasin concerné sera surement faible. Cependant en nombre de personnes, ça sera déjà bien.

Mais alors qu'a Facebook de plus ? Et bien c'est vous ! En effet, si une publicité ne vous attire pas, il y a de fortes chances pour que vous la laissiez sur le côté sans vous y intéresser. Là où il est possible de faire mieux, c'est de rendre cette publicité ciblée à vos attentes et à vos préférences. Si vous êtes un supporter incontesté d'une équipe de foot, alors une publicité où serait mis en avant un maillot de votre équipe favorite, en promotion, avec le numéro de votre joueur préféré a énormément plus de chance de vous toucher. Ou encore, en admettant que vous soyez actuellement à la recherche d'une paire de bottes, une publicité sur un tel article aurait un impact sur vous beaucoup plus important qu'une publicité pour un meuble de télévision. C'est ce qu'on appelle la publicité ciblée. En croisant les données personnelles que Facebook détient sur vous, il est possible aux annonceurs de vous proposer des publicités toujours plus ciblées.

Comme vous allez être plus enclin à cliquer sur un tel genre de publicité, vous allez plus certainement réaliser un achat sur les sites concernés. Ces derniers, en voyant que vous venez de Facebook, auront alors plus envie de payer des campagnes de pub sur le réseau social et on entre dans un cercle vicieux. C'est comme cela que Facebook gagne la principale part de ses revenus : avec ses 1,3 milliards d'utilisateurs (http://www.blogdumoderateur.com/chiffres-reseaux-sociaux/) !

Le suivi sur Internet

Sans le vouloir, vous êtes donc acteur de cet immense marché publicitaire. D'un coté, puisque vous vous rendez sur Facebook et que vous prenez du plaisir avec ce service (plaisir de suivre vos amis, plaisir de jouer aux jeux présents sur Facebook, plaisir de découvrir les recommandations de vos amis...) il peut paraître normal que Facebook soit payé. En plus, il vous recommande des publicités/articles qui sont susceptibles de vous intéresser. Alors c'est un peu comme un "service pour un autre". Cela reste "normal" tant qu'on est sur le site Facebook.com. Mais saviez-vous que même lorsque vous n'êtes pas en train d'arpenter les pages de Facebook, ce dernier continue de vous suivre. C'est le suivi sur Internet.

Illustration du suivi sur Internet

Illustration du suivi sur Internet (http://privacymate.com/blog/shop-online-identity-equals-price/)

Il existe plusieurs technologies pour suivre quelqu'un sur Internet. En voici quelques une :

  • les informations de connexion,
  • les cookies,
  • les pixels de suivi,
  • l'authentification unique,
  • Les boutons de partage.

Les informations de connexion

Il ne s'agit pas des informations que vous entrez pour vous connecter sur un site Internet. Il s'agit des informations que vous utilisez pour accéder à Internet et que vous transmettez (involontairement). La principale est l'adresse IP, mais on trouve également des informations comme la dernière page visitée, le type de navigateur Internet que vous utilisez (plutôt Internet Explorer, ou Firefox ?) ou encore la version de votre système d'exploitation.

L'adresse IP

Votre adresse IP, c'est un numéro unique que votre fournisseur d'accès à Internet vous fournit afin que vous puissiez réaliser des échanges sur Internet (c'est comme un numéro de téléphone). Comme elle est unique, c'est presque à coup sûr "vous" qui se trouve derrière cette adresse. Encore mieux, grâce à cette adresse IP, on peut déterminer votre localisation à l'échelle de la ville pour la plupart d'entre nous. Vous n'y croyez pas ? Alors faites-vous même le test en vous rendant sur ce site : http://www.iptrackeronline.com. Vous verrez que ce site, qui ne fait que lire votre adresse IP, va pouvoir vous indiquer dans 90% des cas, dans quelle ville vous vous situez (ainsi que votre fournisseur d'accès à Internet).

Comment connaît-il votre adresse IP ? C'est simple, quand vous vous rendez sur sa page, votre ordinateur va demander les fichiers de ce qu'il doit afficher. Or cette demande, elle vient de "vous"; et "vous" sur Internet ce n'est pas Mr (ou Mme) Dupont, mais une adresse du genre 88.52.245.172.

Les cookies

Ah les cookies ! Ils sont désormais bien connus des utilisateurs du web, et donc inutile de vous indiquez qu'il ne s'agit évidemment pas de gâteaux !

Les cookies...

Les cookies... En gâteaux ils sont bons, sur un ordinateur, ils ne le sont pas toujours !

Les cookies ce sont de petites traces laissées par les sites Internet sur votre ordinateur. Au quotidien, ils jouent en votre faveur. Ils permettent par exemple de vous éviter de retaper votre identifiant et mot de passe entre chaque page lorsque vous consultez vos e-mails en ligne... Et pour cause, vous avez coché la petite case "Rester connecté". Le fait de cocher cette case va faire qu'une fois connecté, le site va laisser un cookie sur votre ordinateur. Un petit fichier qui, lorsque vous retournerez sur votre Webmail, ce dernier testera la présence du cookie et vous reconnectera automatiquement.  Les cookies peuvent aussi être utilisés pour indiquer au site que vous êtes déjà venu (et même quand) et donc faire des statistiques de votre navigation à l'intérieur d'un même site : pistage interne.

Les cookies sont donc créés par le navigateur à la demande d'un site Internet. On distingue alors deux types de cookie :  les cookie propriétaire, ceux créés par le site que vous demandez, et les cookies tiers, ceux créés par un autre site lors du chargement du site désirez : les cookies tiers sont donc créés par des serveurs auxquels vous ne vous êtes pas intentionnellement connectés.

Par exemple, lorsque vous vous rendez sur un site (exemple : www.lesite.com), le serveur du site peut demander au navigateur la création de cookie : ce cookie est dit propriétaire. Cependant, si lors du chargement du site se trouve une image (ou tout autre ressource), provenant d'un autre site (une image de publicité par exemple), le navigateur va donc devoir charger cette image. En chargeant cette image, le serveur de l'image va pouvoir également créer un cookie, et celui-ci ne sera pas un cookie du site www.lesite.com, mais bien du site de l'image. Le cookie ainsi créé sera appelé cookie tiers, car il s'agit d'un site tiers, sans rapport avec le site visité.

Chargement d'un site Web et cookies

Chargement d'un site web et cookies

En reproduisant ce schéma lorsque vous vous rendez sur d'autres sites Internet, de nombreux cookies tiers vont alors être placés sur votre ordinateur. Comme ces cookies peuvent être lus par les sites les ayant placés, il est alors possible d'établir un profil - le vôtre - de vos préférences de navigation (les sites que vous aimez, les articles que vous avez consultés, etc.) et donc de prédire vos préférences. Dans le cas de la publicité, cela permet aux annonceurs de vous proposer ensuite des publicités plus ciblées.

Cookies créés au chargement d'une page

Schéma représentant le nombre de cookies créés lors de la navigation sur une page du site "LaParisien.fr". On observe une forte proportion de cookies tiers. De plus, la plupart sont issus de sites d'annonceurs publicitaires. Et dire que c'était juste un article de presse qui était consulté...

Les pixels de suivi

Les pixels de suivi sont en fait des éléments du mécanisme précédent. Dans l'explication précédente, on a vu que le fait de charger une image provenant d'un autre site (souvent un site d'annonceur de publicités) peut permettre de demander la création de cookies tiers et d'établir votre profil. Mais une image peut également avoir une dimension de 1 pixel, et cet unique pixel peut être transparent. Dès lors, vous ne verrez rien réellement, mais vous avez quand même permis la création d'un cookie tiers en demandant le chargement de cette image particulière.

L'authentification unique

L'authentification unique par Facebook : "Facebook auth"

L'authentification unique par Facebook : "Facebook auth"

L'authentification unique c'est le fait de se connecter sur un site internet ou à un service avec un même et unique compte.

Les cookies c'est bien pratique et pour les annonceurs on peut penser que ça suffirait. D'ailleurs, c'était suffisant pendant longtemps. Mais les cookies ne sont pas très fiables voici pourquoi :

  • Ils sont créés par un navigateur Internet. Ainsi, si vous utilisez plusieurs navigateurs le suivi sera défectueux, car les navigateurs ne partagent pas entre eux leurs cookies. Le fait de récupérer l'adresse IP peut aider à résoudre ce problème, car quel que soit le navigateur utilisé, l'adresse IP ne change pas. Dans les faits, ça ne suffirait pas, car l'adresse IP étant propre à votre connexion, cela reviendrait à confondre votre ordinateur avec celui de votre fils dans sa chambre, etc. Pas fiable du tout.
  • Ils peuvent être détruits sur demande. Tous les cookies (même les tiers) sont alors perdus.
  • Problématique encore plus importante : la multiplication des périphériques - smartphones, tablettes - pour naviguer sur Internet. Ces derniers représentant une part toujours plus importante du trafic, la pertinence et la fiabilité des cookies sont dès lors remise en question.

L'authentification unique apporte une solution à tout cela. L'authentification unique c'est le fait de se connecter sur un site internet ou à un service avec un même et unique compte. Toutes les grandes sociétés s'y sont mises : ainsi avec un compte Google vous pouvez à la fois utiliser Gmail, la recherche Google, Android, Google+ etc. C'est la même chose avec Facebook : avec un compte Facebook, vous pouvez vous connecter à des sites comme BlaBlaCar, Groupon, Allociné, Tinder...

Dès lors, facile de lier un ordinateur/un smartphone à un compte, et donc de regrouper les diverses informations afin d'en tirer le maximum de profit, entendez par là vous fournir des publicités toujours plus "pertinentes", toujours plus ciblées.

Les boutons de partage

Pour finir sur les façons de suivre votre activité d'internaute il existe un autre moyen de savoir ce que vous faites et qui a certainement un impact très fort l'importance qu'accorde Facebook aux informations sur vos intérêts: les liens de partage ("J'aime"/"like" ou "Partager sur Facebook"). En cliquant sur ce bouton, vous direz directement à Facebook que vous avez aimé cette information et que vous la conseillez pour vos amis... en plus de créer un cookie tiers !

Le cas Facebook

Dans le cas du premier des réseaux sociaux, la combinaison de toutes ces techniques de suivi est utilisée. Cela permet d'en savoir plus sur vos préférences, et d'affiner les publicités ciblées en retour. Facebook se permet donc d'associer à votre profil toutes les informations qu'il détermine sur vos habitudes ou vos préférences.

Voici une liste non exhaustive de ce que Facebook sait et se permet d'utiliser pour vous cibler au mieux :

  • Les lieux que vous fréquentez au jour le jour.
  • Votre âge, sexe, niveau d'étude. Tout cela, si vous l'avez volontairement donné, mais également si vous venez de vous fiancer, d'obtenir un diplôme ou d'être parent.
  • Vos hobbies. Par exemple : vous aimez cuisiner ? Facebook le sait. Vous pratiquez du karaté et vous venez de vous rendre dans une compétition ? Facebook le sait surement aussi.
  • Vos habitudes de jeu, vos différents voyages.

Cette petite liste a été créée, non pas en effectuant tout un tas de recherche de sources, mais directement grâce à Facebook. En effet, il y a le Facebook qui est utilisé tous les jours pour mettre à jour votre statut ou suivre vos amis, et une autre partie du site, "Facebook for business" où les entreprises peuvent acheter des espaces publicitaires en choisissant précisément des critères pour cibler au mieux les utilisateurs. Voici le lien de ce site : https://www.facebook.com/business/.

Cependant cela serait mentir de dire que Facebook fait de la publicité sur d'autres sites. Non. Cependant vous retrouvez Facebook presque partout avec des petits boutons "J'aime"/"like" et le fait d'afficher ces boutons, envoie une requête aux serveurs Facebook, et crée au passage un cookie tiers, facilement utilisé lors de votre retour sur Facebook.

Se protéger... au mieux

Le problème est bien plus vaste que le suivi opéré par Facebook. D'autres acteurs comme Google, Microsoft ou encore Apple en font autant, ou presque. Presque, car Facebook à l'avantage de connaître vos données personnelles, vos gouts musicaux, sportifs, etc. Et en échange de la gratuité de son service, il permet aux annonceurs publicitaires de créer des publicités très ciblées.

Face à ces problématiques de suivis, il existe heureusement des recommandations et des solutions.

Quelques recommandations

N'hésitez pas à supprimer vos cookies de temps en temps

Votre navigation sur Internet, c'est comme une maison, de temps en temps il faut faire le ménage des traces que vous y laissez. Pour cela, tous les navigateurs proposent des outils simples pour supprimer les cookies. Une façon générique d'accéder aux outils de suppression est d'effecteur la combinaison de touche CTRL+SHIFT + SUPPRIMER.

Supprimer l'historique et les cookies avec Internet Explorer :

Après avoir appuyé sur la combinaison de touche CTRL+SHIFT + SUPPRIMER, une fenêtre s'affiche. Suivez ensuite ces étapes pour supprimer les cookies, ainsi que votre historique de navigation :

  1. Plusieurs options sont présentées. Pour supprimer les cookies, cochez la case "Cookies et données de sites web".
  2. Validez en cliquant sur le bouton "Supprimer".
Supprimer l'historique et les cookies avec Internet Explorer

Supprimer l'historique et les cookies avec Internet Explorer

Supprimer l'historique et les cookies avec Firefox :

Après avoir appuyé sur la combinaison de touche CTRL+SHIFT + SUPPRIMER, une fenêtre s'affiche. Suivez ensuite ces étapes pour supprimer les cookies, ainsi que votre historique de navigation :

  1. Ouvrez la liste déroulante "Intervalle à effacer".
  2. Dans cette liste, choisissez l'option "tout" : il s'agit en effet de supprimer tous les cookies (et l'historique) qui ont été créés par vos navigations sur lnternet.
  3. Une liste de détails s'ouvre. Vous pouvez choisir ce que vous voulez, mais pour supprimer les cookies, cochez la case "Cookies".
  4. Validez en cliquant sur le bouton "Effacer Maintenant".
Supprimer l'historique et les cookies avec Firefox

Supprimer l'historique et les cookies avec Firefox

Dans les deux navigateurs, une fenêtre s'ouvre après l'appui sur ces touches vous laissant le choix des éléments à supprimer (cookies, historiques, connexions, etc.). A minima, supprimez les Cookies.

Limitez l'utilisation de l'authentification unique

L'authentification unique est un procédé bien pratique; mais la contrepartie sur la vie privée devrait faire réfléchir. Dans la mesure du possible, évitez de vous connecter sur un site Internet avec ce genre d'authentification. Évitez également les applications qui forcent son utilisation (Tinder ?).

Utilisez des modules complémentaires pour renforcer votre vie privée

Firefox et Chrome proposent tous les deux l'ajout de modules complémentaires à leurs navigateurs. Ces modules permettent de profiter de nouvelles fonctionnalités. Et des modules complémentaires permettant de protéger sa vie privée, il en existe pas mal !

Installer un module complémentaire avec Firefox

Pour accéder au catalogue des modules complémentaires de Firefox, il y a plusieurs façons. La façon classique est la suivante :

  1. Cliquez sur le menu de Firefox : l'icône menu (tout à droite dans la barre d'outils, en forme de trois petites barres empilées).
  2. Dans le menu qui s'ouvre, cliquez sur "Modules". Vous voilà sur le catalogue des modules complémentaires.
Accéder au catalogue des modules complémentaires avec Firefox

Accéder au catalogue des modules complémentaires avec Firefox

Ensuite il suffit de faire une recherche du module complémentaire désiré.

Deux autres façons d'ouvrir ce catalogue :

  • Utiliser la combinaison de touche CTRL+SHIFT+A.
  • Vous rendre à cette adresse : about:addons.

Installer un module complémentaire avec Chrome

Avec chrome, rendez-vous à cette adresse :

https://chrome.google.com/webstore/category/extensions?hl=fr

Modules complémentaires qui agissent pour votre vie privée

Voici ceux que je recommande pour Firefox. Pour les deux premiers, vous pourrez également les trouver dans le catalogue des modules complémentaires Chrome :

  • Ghostery : ce module complémentaire permet le blocage de beaucoup de sites de tracking. Lors de sa configuration, vous aurez le choix de sélectionner les sites à bloquer. Sélectionnez tout, et vous devriez être tranquille. Attention tout de fois, bien que très efficace et gratuit, par défaut, il y a une contrepartie : Ghostery récupère des données sur les sites qu'il bloque sur votre ordinateur. Ceci à des fins statistiques. Pour éviter cela, décochez la case "Activez Ghostrank" lors du premier lancement.
  • AdBlock plus / AdBlock Edge / µBlock : avec ce module, c'est surtout les publicités que vous bloquerez. Certes, pour beaucoup de sites, les publicités constituent l'unique source de revenus, mais ces derniers ne vous laissent pas forcément le choix. Entre une navigation ralentie et des publicités vraiment gênantes, vous pourrez choisir par exemple de tout bloquer et ensuite ajouter des exceptions pour les sites que vous voulez soutenir.
  • BetterPrivacy : ce module permet la gestion des super-cookies, des cookies souvent pas très bien gérés par le navigateur et pour cause ce sont ceux de programmes Flash. Ce module aide à compléter la protection vis-à-vis de ce genre de cookie.

Indiquez aux sites que vous ne souhaitez pas être pisté

Depuis 2009, il existe un projet nommé "Do Not Track" (DNT) visant à indiquer aux sites Internet que la position de l'utilisateur sur le suivi. Le DNT est envoyé via un champ de l'en-tête HTTP (la requête que le navigateur envoie pour récupérer la contenu de la page web). Avec ce champ, trois options sont possibles : l'utilisateur ne souhaite pas être suivi, l'utilisateur le souhaite, l'utilisateur ne s'est pas prononcé.

"Ne me suivez pas, s'il vous plait !"

"Ne me suivez pas, s'il vous plait !" C'est un peu l'objet du "Do Not Track", une demande de non suivi, dont très peu de sites Internet semblent respecter. A noter que Twitter la prend en compte. Un bon point !

Internet Explorer possède cette fonctionnalité depuis la version 10 où elle est activée par défaut. Pour vérifier son activation, rendez-vous dans les "Options Internet" (écrivez cela dans la zone de recherche du menu démarrer ou au niveau de l'écran d'accueil de Windows). Une fois la fenêtre des propriétés affichée, rendez-vous dans l'onglet "Avancé". Dans les paramètres, sous la partie "Sécurité", la case "Envoyer les demandes Do Not Track..." doit être cochée. Si ce n'est pas le cas, et que vous souhaitez l'activer, cochez la case.

Indiquez aux sites que vous ne souhaitez pas être suivi avec Internet Explorer

Indiquez aux sites que vous ne souhaitez pas être suivi avec Internet Explorer

Avec Firefox, l'option est encore plus simple à trouver. Cliquez sur l'icône du menu (tout à droite dans la barre d'outils, en forme de trois petites barres empilées). Dans le menu qui s'ouvre, cliquez sur "Options". Dans la fenêtre des options, rendez-vous dans l'onglet "Vie privée" et cochez la case "Indiquer aux sites que je ne souhaite pas être pisté" si vous souhaitez activer l'envoi de la demande "Do Not Track".

Indiquez aux sites que vous ne souhaitez pas être suivi avec Firefox

Indiquez aux sites que vous ne souhaitez pas être suivi avec Firefox

Pour Chrome, rendez-vous à cette adresse : chrome://settings. Une fois sur la page des paramètres, cliquez sur le lien en bas de page "Afficher les paramètres avancés". La case se nomme "Envoyez une demande Interdire le suivi pendant la navigation.

Protégez-vous de façon active contre le suivi (Internet Explorer)

En complément à l'envoi d'une demande "Do Not Track", Internet Explorer possède une protection active contre le suivi (tracking en anglais) un petit peu cachée. Cette option apporte un peu l'équivalent de l'action combinée entre les modules complémentaires Ghostery et AdBlock Plus présent avec Firefox. Bien qu'indispensable, cette option est très peu connue. Elle apporte pourtant une couche supplémentaire de protection des données privées.

Pour activer cette protection :

  1. Cliquez sur la petite roue dentée (menu option d'Internet Explorer, située tout en haut à droite.
  2. Dans le menu qui s'ouvre, cliquez sur "Gérer les modules complémentaires".
  3. Une fenêtre s'ouvre présentant les différents types de modules complémentaires. Cliquez sur "Protection contre le tracking".
  4. Si vous n'avez jamais activé cette option, il faut ajouter des listes qui contiendront les adresses des sites à bloquer. Cliquez sur "Obtenir une liste de protection contre le tracking en ligne..."
  5. Une page se charge. Cette page contient un ensemble de listes destinées à vous protéger du tracking sur Internet. Pour ajouter une liste, cliquez sur "Ajouter". Vous pouvez ajouter les listes "EasyList", "EasyList France", "PrivacyChoice", "TRUSTe".
  6. Vous devez confirmer l'ajout d'une liste dans une fenêtre qui s'ouvre. Validez en cliquant sur "Ajouter une liste".

Redémarrez Internet Explorer pour que les modifications soient prises en compte. Désormais, lorsque le navigateur bloquera une tentative de tracking (répertoriées dans une des listes que vous avez ajoutées), une petite icône s'affichera dans la barre d'adresse.

Activer la protection contre le tracking dans Internet Explorer

Activer la protection contre le tracking dans Internet Explorer

Conclusion

Il ne faut pas se voiler la face, derrière les services proposés par les géants du net (Google, Facebook, Microsoft, Apple, Amazon...) il y a d'énormes coûts. Ces coûts sont pour financer l'infrastructure, pour financer la recherche d'innovations mais également pour satisfaire les investisseurs (actionnaires par exemple). Dès lors, lorsque le service est à la base gratuit, il faut bien obtenir des revenus d'une autre façon. Sur le web, la publicité remplite souvent ce rôle : elle est facile à incorporer, et permet d'utiliser différentes techniques afin de maximiser les chances qu'un utilisateur soit intéressé. Et bien souvent, tout cela se fait au dépens de l'utilisateur et de sa vie privée. Il existe heureusement des techniques, faciles à mettre en œuvre pour se protéger. Cet article en présentait quelques une. Un conseil supplémentaire pourrait être celui de cette célèbre phrase :

"A partir du moment où vous publiez quelque chose sur le web, il ne vous appartient plus !"

Autrement dit, faites attention à ce que vous dites en votre nom sur les domaines publics (tweets, statuts Facebook, vidéos YouTube etc, commentaires...). Tout ce qui est exprimé en public, c'est-à-dire la quasi-totalité de ce que vous pouvez voir sur les sites, le reste et le restera certainement pendant de nombreuses années. Tout comme les rumeurs, l'erreur prend quelques secondes, la réparer en prend beaucoup (beaucoup) plus ou est impossible. Et les conséquences peuvent être plus grave lorsque votre identité est reliée à quelqu'un d'autre ou quelques autres (entreprises, associations...). Bref, parler avec précaution sur le net est un autre sujet !

À propos de Aryx

Passionné d'informatique et de nouvelles technologies, je m'interesse aussi à la politique, ma ville ainsi qu'à tout ce qui fait l'actu ! Fondateur de WolfAryx informatique. Suivre @Wolfaryx Google+
Ce contenu a été publié dans Informatique, Internet, Trucs et astuces, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Découvrir d’autres articles en relation

  • Windows 2
    Windows 2
    Sortie le 1er novembre 1987, Windows 2 succède à Windows 1 en apportant quelques nouveautés, encore aujourd'hui à la base des dernières versions de Windows. Malgré cela, Windows 2 ne sera pas encore le Windows du succès pour Microsoft. Venez (re)découvrir cette seconde version du plus célèbre système d'exploitation !
  • Windows 8.1 sera le successeur de Windows 8
    Windows 8.1 sera le successeur de Windows 8
    Microsoft pourrait bien reprendre ces bonnes vieilles habitudes avec Windows 8. Depuis quelques mois, les rumeurs spéculent autour d'une version de Windows nommée Windows Blue.
  • De Messenger à Skype !
    De Messenger à Skype !
    Microsoft continue la mutation de ses services Windows Live en 2013. Après la fermeture de Windows Live Mesh remplacé par Skydrive, ça sera bientôt une icône du web, un nom qui figure en gros titre dans l'histoire de l'Internet de fermer prochainement.
  • Windows 1.0
    Windows 1.0
    Microsoft Windows est le tout premier essai de Microsoft dans le monde des systèmes d’exploitation à interfaces graphique. Il inaugure une longue série qui, encore aujourd’hui est totalement associée au monde de l’ordinateur personnel. Découvrez le premier des Windows !
  • Un brin de personnalisation pour Windows 8
    Un brin de personnalisation pour Windows 8
    Découvrez 3 outils pour personnaliser Windows 8, et rendez votre système d'exploitation comme aucun autre !
  • MS-DOS dans un ordinateur virtuel
    MS-DOS dans un ordinateur virtuel
    Partie 2 - L'installation de Windows était toujours précédée de l'installation de MS-DOS jusqu'à Windows 95. Suivez pas-à-pas l'installation de MS-DOS, et découvrez les astuces pour la réussir dans une machine virtuelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *