Encoding Detector

Logo de l'application Encoding Detector

Dans la vie d'un concepteur de logiciels informatiques, il y a des expériences qui semblent revenir assez souvent. Les soucis d'encodage de fichiers textes en font partie ! Quand un programme ne sait lire qu'un type d'encodage alors qu'un autre écrit lui aussi uniquement dans un format d'encodage, mais forcément différent, les problèmes commencent. On pourrait se dire que de nos jours ces problèmes ne devraient plus exister, mais ils subsistent toujours un peu comme une rémanence du passé, un rappel de la longue histoire de l'informatique et des normes qui existent pour ranger les différents caractères. 

Encoding Detector offre la possibilité de détecter quelques-uns des formats d'encodage les plus fréquemment utilisés, tout comme les caractères de fin de lignes. Il permet également le ré-encodage vers un fichier de sortie.

Fiche Encoding Detector

Encoding Detector 1.0.0.70

2018. WolfAryx informatique

Licence :

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Configuration requise :

Windows 7/8/8.1/10 (x64/x86), NET Framework 4

Langages supportés :

Français/Anglais (selon le langage du système)

Journal des changements :

  • 1.0.0.6 :
    • Première version distribuée.
  • 1.0.0.48 :
    • Ajout de l'option -s, niveau de silence, afin de limiter/contrôler le texte affiché à l'écran.
    • Prise en charge de la conversion lorsque le fichier en entrée (-f) est le même que le fichier de sortie (-o).
    • Correction qui faisait que lors d'un ré-encodage, si le caractère de fin de ligne cible (-e) n'était pas précisé, le programme n'en mettait pas.
    • Correction du ré-encodage qui ajoutait un caractère de fin de ligne à la dernière ligne du fichier ré-encodé.
    • Ajout d'une icône pour l'exécutable.
    • Pour l'option -o, si le texte "SAME_AS_INPUT" est indiqué, alors le nom du fichier en sortie sera le même que celui en entrée : le fichier en entrée sera remplacé par sa conversion.
  • 1.0.0.57 :
    • Passage des textes anglais en français.
    • Ajout d'une traduction correcte en anglais.
    • Langue selon paramètre de Windows.
    • Utilisation de codes de sortie.
    • Ajout de l'option -p, sortie paramétrable, permettant de personnaliser le texte renvoyé par les traitements.
    • Correction sur la détection du caractère de fin de ligne pour l'encodage UTF16BE_NOBOM.
    • Ajout de la détection du caractère de fin de ligne Macintosh (avant OSX).
  • 1.0.0.59 :
    • Corrections orthographiques
    • Ajout de la référence vers l'article sur wolfaryx.fr consacré à Encoding Detector (cet article).
  • 1.0.0.70 :
    • Correction d'un bug lorsque la syntaxe était présentée.
    • Amélioration de la traduction.

Téléchargement :

  • 1.0.0.70 (15/04/2018) : lien md5(A158D268124940024C193CDE4AD9FA89)
  • Anciennes versions disponibles ici.

Code source disponible à cette adresse :

https://code.dacendi.net/Aryx/EncodingDetector

Téléchargement et contenu de l'archive

Le fichier ZIP téléchargé contient les fichiers suivants :

  • DetectEncoding.exe : c'est l'exécutable de l'application.
  • TextEncodingDetect.dll : En tant que fichier avec une extension dll, il s'agit d'un fichier contenant des fonctions nécessaires pour EncodingDetector. C'est ce qu'on appelle une librairie, car elle contient plusieurs fonctions utiles. Celle-ci contient les fonctions nécessaires pour la détection de l'encodage (github.com/.../text-encoding-detect).
  • AryxDevLibrary.dll : Librairie contenant des méthodes de programmation communes que j'utilise dans mes programmes développés en C# (nuget.org/.../AryxDevLibrary / code.dacendi.net/.../AryxDevLibraryCsharp).

Installation

Hormis la configuration requise, EncodingDetector ne nécessite rien d'autre pour fonctionner. Il n'y a pas d'installation particulière pour que le programme fonctionne, il faut juste extraire l'archive dans un dossier.

EncodingDetector est une application console, c'est à dire qu'elle ne présente pas d'interface graphique. Donc pas de fenêtre Windows; un peu comme NetworkChanger Console. Cela permet une utilisation simplifiée dans divers scripts (Batch, PowerShell, ...).

Capture d'écran du texte affiché par Encoding Detector

Capture d'écran du texte affiché par Encoding Detector

Utilisation

Sans interface, EncodingDetector utilise des options d'entrée. La syntaxe générale est la suivante :

DetectEncoding.exe OPTIONS

Avec les options suivantes :

  • -f : fichier à traiter.
  • -c : encodage du fichier cible.
  • -e : caractère de fin de ligne cible.
  • -o : fichier cible résultant de la conversion.
  • -s : règle le niveau du texte affiché.
  • -p : sortie paramétrable (permet de personnaliser la sortie standard).

Détail des options

Fichier à traiter

Option : -f ou --file, option obligatoire (sinon le programme n'a pas de fichier avec lequel travailler)

Description : Indique le chemin du fichier pour lequel il faut déterminer l'encodage et le caractère de fin de ligne.

Conversion de l'encodage

Option : -c ou --convert-to

Description : Spécifie l'encodage cible désiré.

Choix :

  • ASCII,
  • ANSI,
  • UTF8_BOM,
  • UTF8_NOBOM,
  • UTF16LE,
  • UTF16LE_NOBOM,
  • UTF16BE,
  • UTF16BE_NOBOM

Conversion du caractère de fin de ligne

Option : -e ou --end-of-line-to

Description : Spécifie le caractère de fin ligne cible désiré.

Choix :

  • DOS : pour un caractère de fin de ligne CR LF ou encore \r\n . Utilisé dans les produits Microsoft (DOS, Windows).
  • MACOS : pour un caractère de fin de ligne CR ou encore \r. Utilisé par les systèmes Macintosh (avant MacOs X)
  • UNIX : pour un caractère de fin de ligne LF ou encore \n.

Nom du fichier converti

Option : -o ou --output-file

Description : Nom désiré du fichier converti. Si une des options -e ou -c est utilisée, et que -o est omis, le fichier en sortie aura le même nom que le fichier en entrée, suffixé avec "Out". Si la valeur "SAME_AS_INPUT" est indiquée pour -o, alors le nom du fichier en sortie sera le même que celui en entrée : le fichier en entrée sera remplacé par sa conversion.

Attention : aucune sauvegarde du fichier en entrée n'est effectuée.

Niveau de silence

Option : -s ou --silence-level

Description : Permet de régler le nombre d'éléments affichés dans la console. Selon 3 niveaux :

  • 0 : Affiche le texte de présentation de l'application, ainsi que le résultat des traitements. Niveau par défaut.
  • 1 : Affiche uniquement le résultats des traitements.
  • 2 : N'affiche rien.

Sortie paramétrable

Option : -p ou --output-pattern

Description :

Permet d'effectuer un formatage personnalisé sur la sortie, c'est-à-dire sur ce que le programme renvoie.

La chaine de sortie est personnalisable. Les variables de modèle ci-dessous seront substituées :

  • [APP_VERSION] : le numéro de version du programme. Exemple : 1.0.0.59.
  • [IN_FILE] : Le chemin du fichier passé en entrée du programme.
  • [IN_ENC] : L'encodage du fichier en entrée détecté.
  • [IN_EOL] : Le type de caractère de fin de ligne détecté.
  • [OUT_ENC] : L'encodage demandé du fichier en sortie. Si aucune conversion n'est effectuée, cette variable sera substituée par une chaine vide.
  • [OUT_EOL] : Le type de caractère de fin de ligne demandé pour le fichier en sortie. Si aucune conversion n'est effectuée, cette variable sera substituée par une chaine vide.
  • [OUT_FILE] : Le chemin du fichier en sortie. Si aucune conversion n'est effectuée, cette variable sera substituée par une chaine vide.
  • [WITH_REENC] : indique si une conversion a eu lieu. true ou false.
  • [EXIT_CODE] : le code de sortie du programme.
  • [EXIT_CODE_LBL] : le libellé du sortie du programme.

Affichage des résultats

Affichage normal

Le résultat s'affiche de façon textuelle sur deux lignes minimum.

La première ligne de résultats commence par "InputFile" afin de rappeler le fichier en entrée (définit avec l'option -f).

La seconde ligne indique les résultats des détections selon la syntaxe :

Encoding: [Encodage détecté]; [Caractère de fin de ligne détecté]

Avec :

  • Encodage détecté : le type de l'encodage du fichier en entrée. Encoding Detector peut détecter les encodages suivants : ASCII, ANSI, UTF8(avec ou sans BOM), UTF16(LE/BE, avec ou sans BOM).
  • Caractère de fin de ligne détecté : le type de caractère de fin de ligne utilisé dans le fichier. Le programme détecte soit le type UNIX ("\n"), MacOs ("\r") ou DOS/Windows ("\r\n").

Si une conversion a été demandée avec les options -c ou -e, alors une troisième ligne similaire à la deuxième apparaitra, mais pour les options de ré-encodage demandées.

Affichage personnalisé

Si l'option -p est précisée, les résultats s'afficheront selon la chaine indiquée en argument de l'option de -p. Cette option permet d'afficher uniquement la partie désirée du résultat, ou même de formater le résultat.

Voir exemple 4.

Codes de sortie (ou d'état)

Encoding Detector utilise des codes de sortie, ou codes d'état, afin d'indiquer à un programme parent ou appelant les tâches qui ont été effectuées. Les codes suivants sont utilisés :

  • Traitements terminés avec succès :
    • 0 : Détection OK. Le programme n'a réalisé que la détection. Aucun ré-encodage n'était demandé,
    • 1 : Détection et ré-encodage OK,
  • Traitements terminés, mais le résultat n'est pas complet :
    • 20 : Aucun encodage n'a été détecté sur le fichier d'entrée.
  • Traitements en erreurs :
    • 50 : Erreur sur les options passées en entrée du programme,
    • 51 : Erreur au niveau de la détection de l'encodage,
    • 52 : Erreur au niveau du ré-encodage,
    • 99 : Erreur non prévue.

Avec l'invite de commandes Windows, le code de sortie peut être affiché avec la commande suivante (après avoir lancé Encoding Detector) :

echo %ERRORLEVEL%

Avec PowerShell, le code de sortie est contenu dans la variable $LASTEXITCODE. Pour l'afficher, utilisez la commande suivante (après avoir lancé Encoding Detector) :

$LASTEXITCODE

ou

write-host $LASTEXITCODE

Exemples

Exemple 1

Commande :

.\DetectEncoding.exe -f .\fichierAnsi.txt

Sortie écran :

Encoding Detector - v1.0.0.56
===================================
par Aryx - WolfAryx informatique - 2018

Détection de l'encodage basée sur les travaux de AutoIt Consulting :
https://github.com/AutoItConsulting/text-encoding-detect

InputFile: C:\EncodingDetector\fichierAnsi.txt
Input : ANSI; DOS

Ici, l'encodage du fichier "fichierAnsi.txt" est détecté comme de l'Ansi. Son caractère de fin de ligne est "\r\n", de type Dos/Windows.

Exemple 2

Commande :

.\DetectEncoding.exe -f .\fileTest.sql -c UTF8_BOM -e UNIX

Sortie écran :

Encoding Detector - v1.0.0.56
===================================
par Aryx - WolfAryx informatique - 2018

Détection de l'encodage basée sur les travaux de AutoIt Consulting :
https://github.com/AutoItConsulting/text-encoding-detect

InputFile: C:\EncodingDetector\fichierAnsi.txt
Input : ANSI; DOS
Output: UTF8_BOM; UNIX

Ici,l'encodage du fichier "fichierAnsi.txt" est détecté comme de l'Ansi. Son caractère de fin de ligne est "\r\n", de type Dos/Windows. Le fichier de sortie sera encodé en UTF8 avec BOM et avec un caractère de fin de ligne de type Unix "\n".

Comme l'option "-o" n'a pas été précisée, le fichier de sortie se nomme :

fichierAnsi-Out.txt

Exemple 3

Commande :

.\DetectEncoding.exe -f .\fichierAnsi.txt -c UTF8_BOM -e UNIX -s 1 -o "fichierConvertiUTF8.txt"

Sortie écran :

 InputFile: c:\EncodingDetector\fichierAnsi.txt
 Input : ANSI; DOS
 Output: UTF8_BOM; UNIX

Ici, le résultat de cet exemple est similaire à celui de l'exemple 2. Seuls changements, l'ajout de l'option "-s" valorisée à 1, ainsi que l'option "-o" indiquant le nom du fichier après conversion.

Comme "-s" égale 1, le texte de présentation de l'application n'est plus affiché.

En indiquant "fichierConvertiUTF8.txt" pour l'option "-o", le fichier de sortie ne s'appellera pas "fichierAnsi-Out.txt" mais "fichierConvertiUTF8.txt".

Exemple 4

En lançant le programme avec la commande suivante :

.\DetectEncoding.exe -f .\file-ANSI-Test.txt -c UTF8_BOM -e DOS 
-p "[WITH_REENC]([EXIT_CODE]) - [IN_ENC] vers [OUT_ENC]:[OUT_EOL]"

Le programme n'affichera que :

true(1) - ANSI vers UTF8_BOM:DOS

Encoding Detector a effectué les remplacements suivant dans la chaine modèle de l'option "-p" :

  • [WITH_REENC] a été remplacé par true (indique qu'un ré-encodage a été effectué),
  • [EXIT_CODE] a été remplacé par 1 (encodage et ré-encodage ok),
  • [IN_ENC] a été remplacé par ANSI (encodage du fichier texte en entrée),
  • [OUT_ENC] a été remplacé par UTF8_BOM (encodage du fichier en sortie),
  • [OUT_EOL] a été remplacé par DOS (caractère de fin de ligne en sortie).

Remarques sur la détection de l'encodage d'un fichier

Qu'est ce qu'un encodage de caractères ?

Un fichier texte est un fichier comprenant du texte, c'est-à-dire une suite de caractères. Ces fichiers sont bien souvent lisibles humainement, mais pas forcément. Cependant, ils ont en commun d'être lisible selon un encodage particulier. En effet, la base de tout ce qui est codé en informatique c'est le bit : 0 ou 1. Une suite de 0 et de 1 permet de donner un sens à une information : cela peut être une instruction pour programme, le contenu numérique d'un fichier image, ou encore du texte.

Pour que les ordinateurs puissent comprendre qu'une suite de 0 et 1 alignés d'une façon particulière puisse signifier une suite de caractères, il a fallu établir des conventions : c'est ce qu'on appelle l'encodage pour un fichier texte. Ainsi, avec l'encodage ASCII (un des plus anciens) la suite de bits suivantes :

01010111 01101111 01101100 01100110 01000001 01110010 01111001 01111000

Permet en fait d'écrire :

WolfAryx

C'est quand même déjà plus simple à lire que des 0 et des 1 ! Mais pour les adeptes du binaire (l'écriture de 0 et de 1), j'ai regroupé les 0 et les 1 par paquets de 8 (ce regroupement s'appelle un octet). Avec ces octets, on peut remarquer que chaque lettre de "WolfAryx" est codé par 1 octet. On a donc 8 octets pour les 8 caractères.

Dans cet exemple, l'encodage des caractères s'appelle l'ASCII. Un encodage créé en 1963 par des américains et qui permet de coder 128 caractères. Avec si peu de caractères, cet encodage n'était pas adapté aux pays utilisant des lettres accentuées et n'était pas du tout utilisable pour les langues asiatiques, arabes etc. C'est pour prendre en charge toujours plus de caractères que sont apparus d'autres formats d'encodages par la suite.

Si l'histoire des encodages de caractères vous intéresse, je vous recommande l'excellent article publié sur ZesteDeSavoir qui détaille précisément l'histoire et les enjeux de ces formats : https://zestedesavoir.com/tutoriels/1114/comprendre-les-encodages/.

Pour finir, on appelle un fichier "non texte" : un fichier binaire : c'est à dire dont le contenu n'est pas une suite de caractères. Ces fichiers servent souvent de conteneur pour stocker de la musique, des images, du code informatique compilé, etc : ce sont vos fichiers mp3, avi, png, jpg...

Limite de la détection de l'encodage

Il existe donc plusieurs normes de codage des caractères en informatique. Et pour faciliter les choses, il n'y a bien souvent pas de façon d'indiquer avec quel encodage est écrit un fichier texte. Heureusement, la plupart des encodages sont basés sur l'ASCII. De fait, les caractères simples, non accentués, sont facilement interprétables par les programmes informatiques. Reste le souci des caractères "supplémentaires" comme les caractères accentués.

D'où la nécessité de détecter l'encodage d'un fichier texte. La plupart des éditeurs de texte ont cette fonctionnalité. Notepad++ par exemple affiche l'encodage ainsi que le caractère de fin de ligne dans la barre d'état en bas à droite.

Mais cette détection se base la plupart du temps sur une approche statistique en parcourant le texte à la recherche des caractères pouvant influer le choix vers tel ou tel encodage. C'est ce qui fait que la détection d'encodage utilisée par Encoding Detector, ou par n'importe quel programme informatique, n'est pas fiable à 100%.

Le plus simple dans le cadre de travaux informatiques étant souvent de coordonner les choses : imposer l'utilisation de tel ou tel encodage au sein d'un projet est une solution qui permet d'éviter bien des soucis !

Publié dans Applications, Informatique | Marqué avec , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

SymMoveFile 1.2.0

SymMoveFileDepuis Windows Vista, Microsoft a rendu possible la création de liens symboliques entre des fichiers et des dossiers. Une possibilité qu'il n'est en réalité pas évident à utiliser, puisqu'il faudra passer par une commande à écrire dans l'invite de commandes. SymMoveFile permet de facilement déplacer un dossier, tout en gardant un lien symbolique entre l'ancien chemin du dossier et le nouveau.

SymMoveFile 1.2.0

(c) 2017. WolfAryx informatique

Configuration requise :

Windows 7/8/8.1/10 (x64/x86), NET Framework 4.5

Langages supportés :

Français

Journal des changements :

  • 1.2.0 :
    • Refonte de la gestion en cas d'erreur.
    • Ajout de la possibilité de coller un fichier, en tant que lien symbolique. L'option est intégrée dans le clic droit dans un dossier et s'intègre dans l'Explorateur Windows à partir de la fenêtre d'installation.
    • Quelques corrections.
  • 1.1.1 :
    • Sur l'interface graphique détaillée, ajout d'une petite roue dentée afin d'accéder  à la partie installation/intégration dans l'Explorateur Windows.
    • Dans la partie intégration dans l'Explorateur Windows, il est désormais possible de choisir soit de créer l'entrée dans le menu contextuel pour les dossiers ou les fichiers.
    • Dans la partie intégration dans l'Explorateur Windows, l'application vérifie au démarrage que l'intégration n'a pas déjà été réalisée. Si oui, le bonnes cases sont cochée afin de visualiser les options choisie. Si le chemin de la commande est erronée, un message avertie l'utilisateur qu'il doit refaire l'intégration.
    • Les liens vers le site WolfAryx.fr ont été corrigés
    • Quelques corrections diverses.
  • 1.1.0 :
    • Ajout d'un mode avec interface graphique détaillée (GUI mode). A démarrer avec le paramètre "GUI".
    • Ajout d'un système de gestion d'erreur : permets d'indiquer à l'utilisateur ce qui s'est passé, ce qui a été fait (en totalité, partiellement ou non) et permet une gestion de retour arrière.
    • Ajout d'un journal d'erreur lorsqu'une erreur non prévue survient.
  • 1.0.0 :
    • Version initiale

Téléchargement :

  • 1.2.0 (21/05/2017) : lien
  • 1.1.1 (19/03/2017) : lien
  • 1.1.0 (12/03/2017) : lien
  • 1.0.0 (05/03/2017) : lien

Téléchargement et contenu de l'archive

Le fichier ZIP téléchargé contient les fichiers suivants :

  • SymMoveFile.exe : c'est l'exécutable de l'application. Pour un fonctionnement optimal, l'application ne peut fonctionner que lorsqu'elle et exécutée en tant qu'administrateur.
  • LisezMoi.md : c'est une documentation rapide de l'outil. Elle est écrite avec la syntaxe Markdown, mais elle peut être lue avec n'importe quel éditeur de texte, comme le BlocNote de Windows par exemple (clic droit sur le fichier, puis "ouvrir avec").
  • install.cmd : permets de démarrer SymMoveFile afin de permettre une intégration dans l'Explorateur Windows.
  • SymMoveFileGui.cmd : permets de lancer SymMoveFile avec une interface graphique détaillée.

Installation

Hormis les prérequis précédemment cités, SymMoveFile n’a besoin de rien d’autre pour fonctionner. Il peut directement être utilisé.

Pour utiliser SymMoveFile, il est cependant conseillé d'extraire l'exécutable dans un dossier non temporaire.

Intégration dans l'Explorateur Windows

Déplacer un élément avec un lien

L'application peut fonctionner directement en lançant son exécutable direction. Mais il est également possible de l'intégrer à l'Explorateur Windows. Ce qui permettra, avec clic droit sur un fichier ou un dossier de directement déplacer l’élément en gardant un lien symbolique.

Menu Contextuel sur un dossier, avec l'entrée "Déplacer avec lien"

Menu contextuel sur un dossier, avec l'entrée "Déplacer avec lien"

Pour ajouter cette intégration dans l'Explorateur Windows, double-cliquez sur le script de commandes "install.cmd". La fenêtre suivante se lance :

Fenêtre pour configurer l'intégration dans l'Explorateur Windows

Fenêtre pour configurer l'intégration dans l'Explorateur Windows.

Il est possible de choisir si vous souhaitez que SymMoveFile s'intègre à l'Explorateur Windows pour les fichiers ou les dossiers. Pour chaque éléments, vous pouvez choisir si cette intégration se fera dans le menu SHIFT. Ce dernier s'affiche lorsque vous faites un clic-droit tout en maintenant la touche SHIFT du clavier.

Coller en tant que lien symbolique

A partir de la version 1.2.0, la fenêtre d'installation offre la possibilité d'ajouter un lien dans le menu contextuelle à l'intérieur d'un dossier. Lorsque que vous copier un ou des fichiers ou dossiers dans le presse-papier (CTRL+C), vous aurez la possibilité de coller les éléments copier en tant que lien symbolique.

Pour ajouter cette entrée dans le menu contextuelle de l'Explorateur Windows. Cocher la case "Ajouter une entrée lors d'un clic droit dans un dossier, pour 'Coller le lien symbolique'". Cette option est similaire l'option 'Coller en tant que raccourci' déjà présente dans l'Explorateur Windows.

Finalisation de l'intégration

Cliquer sur le bouton "Installer" (ou "Modifier") pour valider la configuration de l'intégration de SymMoveFile dans l'Explorateur Windows.

Si vous choisissez au moins une option pour l'intégration, alors une entrée "Déplacer avec lien" s'affichera dans le menu de votre choix.

Désélectionnez toutes les cases pour retirer SymMoveFile de l'Explorateur Windows.

Fonctionnement

Principe de fonctionnement

SymMoveFile permet de déplacer un dossier ou un fichier vers un autre endroit, tout en gardant un lien symbolique entre l'emplacement original et le nouveau chemin.

Cas d'utilisation :

Dans le dossier "C:\Program Files" est installée une application nommée "monApplication".

 

Situation initiale

Situation initiale

Il arrive que pour des questions d'espace disque, vous souhaitiez déplacer cette application vers un autre lecteur (c'est le cas pour des grosses applications comme des jeux récents). Si vous déplacez le dossier "monApplication" manuellement, il se peut que des éléments se référant vers ce dossier ne fonctionnent plus, tout comme Windows (qui utilise le Registre Windows pour garder les chemins vers "monApplication"). Le fonctionnement de cette application risque d'être perturbé.

Déplacement

Déplacement

Il est possible d'utiliser un lien symbolique pour éviter ces soucis. En effet, si en plus de déplacer le dossier "monApplication", vous créer un lien symbolique nommé "monApplication" dans le dossier "C:\Program Files" et qui pointe vers le nouvel emplacement du dossier "monApplication", alors il sera toujours possible pour Windows de pointer vers l'application.

Lien symbolique créé

Un lien symbolique existe entre "C:\Program Files\monApplication" et "AutreEmplacement\monApplication".

Un lien symbolique agit comme un raccourci Windows, sauf que le lien est écrit au niveau du disque dur (du système de fichier plus précisément) alors que le raccourci Windows est géré par Windows, mais pas forcément par les autres applications. Les données sont physiquement présentes au niveau du dossier "AutreEmplacement" (donc gain de place si lecteur différent) mais toutes applications qui pointeront vers l'emplacement initial croiront que l'application est bien toujours dans le dossier "C:\Program Files".

SymMoveFile permet de réaliser ces opérations.

A partir de la version 1.1.0, SymMoveFile peut être utilisé de deux façons différentes : avec ou sans interface graphique pour paramétrer le traitement.

Mode avec interface graphique détaillée :

Ce mode est aussi appelé GUI mode (pour Graphic User Interface). Ce mode se lance en exécutant le fichier SymMoveFileGui.cmd, ou avec la commande suivante :

SymMoveFile.exe GUI

L'interface est plus explicite et faciliter le paramétrage de la création d'un lien symbolique. Elle permet également de créer un lien symbolique pour un fichier.

La fenêtre suivante se charge au lancement :

Fenêtre principal du GUI Mode.

Fenêtre principale du GUI Mode.

L'utilisateur est alors invité à renseigner les éléments suivants :

  • S'il souhaite créer un lien symbolique pour un fichier ou un dossier.
  • Le chemin de cet élément source.
  • Le chemin vers où lequel sera déplacé l’élément source et vers lequel pointera le lien symbolique.

Lorsque tout est paramétré, cliquez sur valider pour que le traitement commence. Si tout s'est bien passé, la fenêtre suivante apparaitra alors :

Fenêtre indiquant que le traitement s'est déroulé avec succès

Fenêtre indiquant que le traitement s'est déroulé avec succès

Sans interface graphique détaillée

Lorsque l'exécutable de SymMoveFile est lancé directement, une première fenêtre invite l'utilisateur à choisir le dossier à déplacer : il s'agit du dossier source.

Une fois ce choix fait, une seconde fenêtre invite l'utilisateur à choisir la cible. Ce dossier est appelé dossier cible.

Le dossier source sera alors intégralement copié comme sous-dossier du dossier cible. Puis, une fois le déplacement effectué, un lien symbolique sera créé à l'emplacement du dossier source.

A savoir

Le lien symbolique créé a les propriétés suivantes :

  • Il porte le même nom que le dossier source.
  • Il pointe vers le sous-dossier du dossier cible où auront été déplacés les fichiers.
  • Il est symbolisé avec une petite flèche dans l'Explorateur Windows.
  • Windows ainsi que les autres programmes ne font pas la différence entre le lien symbolique et le dossier source.
  • La suppression du lien symbolique ne supprime pas les fichiers de la cible.
Publié dans Applications, Trucs et astuces | 2 commentaires

Le registre Windows

Malgré l'avancée des nouvelles technologies dans notre quotidien, beaucoup d'utilisateurs ne voient que bien souvent leur ordinateur comme une boite noire où la magie s'opère dès la pression du bouton "Power". Bien que la connaissance des processus qui se cachent derrière ne soit pas indispensable, il est intéressant de savoir comment fonctionne telle ou telle partie de l'ordinateur. Dans le système d'exploitation de Microsoft, une de ses parties est le registre Windows. Véritable mémoire pour Windows, le registre Windows centralise tous les réglages et la configuration de Windows mais également celle des différents programmes installés et le réglage du profil utilisateur. Voici une introduction au registre Windows.

Continuer la lecture

Publié dans Anciens Windows, Informatique, Windows 10, Windows 7, Windows 8, Windows 8.1 | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Network Changer 2.0

Network Changer 2.0 - image de l'article

Network Changer revient en version 2.0. Principale nouveauté, la prise en charge de Windows 10. Network Changer est un petit utilitaire permettant de modifier le type d’un réseau dans Windows. Très utile, cela permet d’améliorer la sécurité sur un réseau public, ou de profiter de la découverte du réseau et du partage de fichiers dans un réseau privé.

Continuer la lecture

Publié dans Applications, Informatique | Marqué avec , , , , , , , | 5 commentaires

Network Changer Console

Network Changer Console (NCc) est un petit utilitaire permettant de modifier le type d’un réseau dans Windows. Très utile, cela permet d’améliorer la sécurité sur un réseau public, ou de profiter de la découverte du réseau et du partage de fichiers dans un réseau privé.

Il s'agit d'une version "console" (sans interface graphique) de Network Changer. Contrairement à Network Changer 1.0, NCc est compatible Windows 10.

Continuer la lecture

Publié dans Applications, Informatique, Windows 10, Windows 7, Windows 8, Windows 8.1 | 2 commentaires

Facebook doit-il tout savoir de nous ?

En voilà une question qui peut paraître étrange. Bien sûr que "non", Facebook - le plus grand réseau social - n'a pas à savoir tout de vous. D'ailleurs, vous n'avez pas partagé votre situation amoureuse, car "quand même c'est personnel". Ni votre adresse, car de toute façon, "à quoi ça lui servirait ?". Enfin vous vous dites surement que Facebook n'est qu'un site Internet et qu'il n'a pas à savoir avec qui vous allez réaliser votre trajet Paris-Marseille demain après-midi... Et pourtant, Facebook a accès à toutes ces données sur vous en utilisant de nombreuses technologies comme les cookies tiers, l'authentification unique ou encore le pixel traceur. 

Si vous voulez comprendre comment; que vous trouviez que donner trop pour un site qui vit grâce aux revenus publicitaires (sans que vous puissiez choisir), ou encore que vous êtes à la recherche de quelques conseils pour protéger votre vie privée sur le web, alors je vous invite à lire la suite de cet article.

Continuer la lecture

Publié dans Informatique, Internet, Trucs et astuces | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

Les commandes de bases de l’invite de commandes

Cet article est la partie 2 sur 2 du dossier L'invite de commandes Windows

Il existe un grand nombre de commandes que l'invite de commandes peut interpréter. Ces commandes, inclues dans Windows, sont complétées par des programmes qui peuvent s'exécuter sans interface graphique. Avant de pouvoir utiliser toutes les nombreuses commandes existantes, voici les commandes de bases permettant de réaliser la plupart des tâches courantes comme renommer un fichier, ou déplacer des fichiers.

Continuer la lecture

Publié dans OS, Windows 7, Windows 8, Windows 8.1 | Laisser un commentaire

Introduction à l’invite de commandes Windows

Cet article est la partie 1 sur 2 du dossier L'invite de commandes Windows

Héritage direct de MS-DOS, le premier système d’exploitation de Microsoft, l’invite de commandes est un outil d’administration permettant la saisie de commandes. Cette invite de commandes permet de réaliser tout un tas d’opération et tout cela en se passant d’interface graphique. L’intérêt de ces commandes, c’est qu’il est possible d’effectuer en série les réglages de l’ordinateur ou de Windows, à l’aide de petits programmes ou scripts que vous pourrez écrire. Traditionnellement utilisée par des utilisateurs avertis, l’invite de commandes n’est pas forcément un outil intuitif, mais vous verrez qu’il répond à une logique précise qu’il est facile d’apprendre. Vous serez alors capable de gérer plus finement vos fichiers, changer des paramètres de sécurité, ou même créer un disque dur virtuel. Avec l’invite de commande vous pourrez également avoir accès à des outils supplémentaires pour la gestion du réseau comme "ping", "tracert"…

Continuer la lecture

Publié dans Anciens Windows, Informatique, OS, Windows 7, Windows 8, Windows 8.1 | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Créer un serveur DHCP pour le réseau local sur Windows

La configuration d'un réseau local est toujours une étape difficile sous Windows. En effet, il ne suffit pas toujours de brancher les ordinateurs entre eux via un câble, ou via un switch pour qu'ils puissent aisément communiquer. Car ce qu'il manque c'est la configuration des adresses IP pour chaque ordinateur du réseau. Et pourtant, lors de l'utilisation d'une box ou d'un routeur, cela semble se faire automatiquement. Ce qui change, c'est que ces box/routeur fournissent un service attribuant automatiquement les adresses IP : le serveur DHCP. Avec cet article vous allez apprendre à créer et utiliser un serveur DHCP sur Windows qui vous permettra de configurer automatiquement les adresses IP de chaque PC de votre réseau local.

Continuer la lecture

Publié dans Anciens Windows, Informatique, Trucs et astuces, Windows 7, Windows 8, Windows 8.1 | Marqué avec , , , , , , , , , , , , | 8 commentaires

Accéder au réseau local avec Android

Les Smartphones sont de nos jours de plus en plus évolués et constituent de vrais petits ordinateurs. A ce titre, ils peuvent également utiliser le réseau local domestique voire même celui de votre entreprise. Il est alors possible de récupérer des fichiers sur un ordinateur distant et même en déposer de nouveau. Rien de plus simple, avec l’application "ES Explorateur de Fichiers", un gestionnaire de fichier pour Android.

Continuer la lecture

Publié dans Anciens Windows, Informatique, Smartphone, Trucs et astuces, Windows 7, Windows 8, Windows 8.1 | 3 commentaires